Regards que l’on n’oublie pas from aupositeur on Vimeo.

Bien sûr qu’on peut parler des amours perdues;
Des grands serments violés, des petits coups tordus…
De ces illusions pourries par la vie;
Ces rêves d’occasion qui n’ont pas suivi.
Bien sûr qu’on peut sourire comme on a jeté
Le meilleur et le pire au bord du fossé.
On peut bien se croire plus dur que le bois;
Mais… il y a des regards que l’on n’oublie pas.
Il y a des regards… que l’on n’oublie pas.

Bien sûr ta mère et moi, c’est mort pour de bon.
Ne me demande pas pourquoi… Tu en as des questions !
On ne va pas les jouer ces prolongations
Histoire de prouver qu’on peut retoucher le fond.
Bien sûr, je sais l’amour n’aime pas les bougies
Pas plus que’les grands retours en catimini…
Sûr qu’on va s ‘revoir, sûr qu’on s’appellera
Mais… il y a des regards que l’on n’oublie pas.
Il y a des regards… que l’on n’oublie pas.

Bien sûr qu’il y a la famine, des seringues dans les latrines;
Les martyrs de Tchétchénie, l’Irak, les États-Unis;
La mer qui monte à vue d’œil, la parité des cercueils;
Le R.M.I., les smicards, moi qui pars, toi qui reste là…
Ma fille il y a des regards, des regards que l’on n’oublie pas.

 

Paroles : Jean DENAVES
Musique|Chant  : Nicolas RUGOLO
Enregistrement : Home studio
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 8.8/10 (5 votes cast)
Des regards que l'on oublie..., 8.8 out of 10 based on 5 ratings

4 thoughts on “Des regards que l’on oublie…

  1. Superbe !

    Un plaisir de découvrir un nouveau titre. Un titre à multiples sensibilités – dans les mots, les arrangements et l’interprétation.

    Un plaisir de vous goûter, ensemble.

    Un plaisir de voir des images de l’Aupositeur, en vidéo et en studio…

    Bravo !

  2. Suis pas bon acteur, je sais.. 🙂 Mais le plaisir de faire cette vidéo était réel… Et puis ce titre qui me touche particulièrement méritait plus que du son…

    Merci “Macounet” (ca te va bien je trouve…)

  3. une belle réussite sur des mots qui chantent et ta voix en pleine forme pour le plaisir des oreilles qui restent toujours à ton écoute

  4. Des mots qui pèsent lourd autant sur la page que dans les idées… l’image de ce regard… indélébile… au milieu de tout… et ailleurs et ici… un truc à l’intérieur qui fait mal aussi… ces trucs qui nous touchent et qu’on est seul à vivre…
    Je vous dit bravo les garçons, bravo pour ce clip qui nous scotche le regard, qui nous gâte encore par l’image, les sons et la voix… c’est toujours un plaisir de passer par ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *