On vient par hasard ou par amour;
Le matin, le soir, enfin un jour.
On est pas égaux dans la tendresse;
Écrase le mégot de l’allégresse.

LE MATIN VIENT… NOUS ARROSER… DE SES PROMESSES…
LE SOIR DESCEND… ET SES REGRETS… SES VINS DE MESSE. . .

Dis, où irons-nous, vers la lumière ?
Nous déferons-nous de la colère ?
Dis, quelle heure est-il? Déjà  midi!
Mon dieu le temps file; bientôt la nuit!

LE MATIN RÊVE… ET NOS SECRETS… LUI FONT CORTÈGE…
LE SOIR ATTEND… L’HEURE DES LEVÉES… SUR DE SON PIÈGE…

De joies en sanglots, coule l’histoire
Sur le fil de l’eau, fil du rasoir.
Les saisons se suivent et se ressemblent…
Feu, les couleurs vives; les feuilles tremblent…

MATINS CHAGRINS… MATINS LOINTAINS… EN DÉDICACE…
LE SOIR REVIENT… ET SON ÉCRIN… UN ANGE PASSE…

LE MATIN VIENT… NOUS ARROSER… DE SES PROMESSES…
LE SOIR DESCEND… ET SES REGRETS… SES VINS DE MESSE. . .

 

Paroles : Jean DENAVES
Musique|Chant  : Nicolas RUGOLO
Enregistrement : Home studio
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.0/10 (2 votes cast)
Le matin, 9.0 out of 10 based on 2 ratings

9 thoughts on “Le matin

  1. Quand le nom associé à cette oeuvre appelle à découvrir un texte particulier dans ses mots d’ambiance,
    et que la voix et les notes d’un compo apte à ressentir et transmettre le sensible permet à l’auditeur de vivre l’émotion du lecteur…
    c’est l’expression d’un plaisir sincère qui me dicte ce commentaire.
    Merci à tous les deux.

  2. Un grand merci à Nicolas pour cette très belle chanson. J’en dédie ma part à Mac, éternel compagnon de route, qui m’aura entraîné ici… une petite trace aura fait le reste.

    Merci au passage à Franek… ainsi qu’à Mireille que je suis ravi de croiser quelque part sur cette toile dont nous avons longtemps partagé un petit coin.

  3. Grande émotion.

    D’abord à l’écoute de cette belle et remarquable production.

    Et puis parce que – si j’apprécie beaucoup Nicolas – j’admire fanatiquement ce Funambule de Jean !

    Grande émotion. Vraiment.

    Belle rencontre que voici !

  4. Peut-être nous sommes-nous “reconnus”… il y a désormais tant d’années, Mac/Eric, bien avant qu’internet me soit familier… et du coup je ne sais dire sans “renvoyer l’ascenseur”, simplement parce que c’est justice (il me semble) et que les auteurs (si rares) “hors des clous”, qui savent si bien lier l’humain, les créations atypiques et certains codes qui me sont chers portent en eux des valeurs artistiques tenant du miracle (même si je sais qu’il n’en est rien), ton admiration est de celles qui me touchent “au-delà” de ce que tu pourrais imaginer, la trouvant presque injuste (tu es capable de faire une phrase aussi longue et alambiquée). Pour simplifier, tu es un ARTISTE tel que je peux en concevoir la définition restrictive… et Nicolas ne s’y est pas trompé; je suis très fier qu’il se soir penché sur mes mots… je te le doit (s/t fais pas chier… je sais pas). Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *