Pensées émues pour toutes les victimes du vendredi 13 novembre 2015.
Hommage musical franco-belge.

Survivants enfuis, cachés, pourchassés
Des miraculés, hébétés d’effroi
Tant de victimes jonchant le sol, entremêlées
Un téléphone qui sonne juste entre leurs doigts

Ma copine m’a appelé
Mais j’étais déjà parti

Au nom de quoi, de qui, pourquoi ?
Comment répondre ?
Je capte des voix en vrac, nauséabondes :
Courir acheter une arme, se replier ?
Décréter la Peine de Mort pour ces meurtriers ?
Mais c’est exactement ce qu’ils attendent de nous !

T’es où ?

Après le déluge des projectiles
Arrachant les chairs et figeant les cœurs
La cacophonie de tous ces mobiles
Qui sature l’espace sanglant dans l’horreur

Ma mère m’a appelé
Mais j’étais déjà parti

T’es où ?

Paroles : Eric GRÜNENWALD (Mac Hoochie Plane)
Musique|Chant  : Nicolas RUGOLO
Enregistrement : Home studio
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.8/10 (13 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +7 (from 7 votes)
Un soir au Bataclan, 9.8 out of 10 based on 13 ratings

6 thoughts on “Un soir au Bataclan

  1. j’adore la bande son , une réussite dans ce style
    voici le texte que cet horreur m’a inpirée
    HISSE L’ÂME

    Il pleut sur ma feuille,
    Eau de mer sur l’écueil
    Comme il pleut sur l’espoir,
    Des larmes de douleur,
    Des larmes sans couleur
    Jusqu’à l’ultime soir.

    L’encre desséchée noire
    Vire au bleu dans les nuages
    En partance pour des voyages
    Au-delà du miroir
    D’horizons infinis des rêves
    Se lovant au temps sans trêve
    De paix illusoire.

    L’humanité se pend
    Au mât de cocagne
    En pauvres arcanes
    D’un bonheur qui se vend
    A crédit éternel
    Sur écran virtuel.
    Solder son âme au vent
    Des illusions vierges
    C’est brûler un cierge
    Aux désirs d’un Satan.

    Tigery nuit du 13 novembre 2015

  2. Je ne sais pas si c’est pareil pour la zique mais écrire sur certains sujets, à chaud qui plus est, me semble tellement dérisoire… j’ai d’ailleurs essayé… parce qu’on a toujours envie de… mais.

    Je pense qu’ici l’équilibre est bon, point trop d’emphase, de pudeur ou de retenue et le petit “t’es où” qui dit tellement plus que tout ce que nous pouvons y ajouter.

    Un grand auteur/interprète au service d’un auteur magnifique qui sait poser discrètement le doigt où il faut, juste parce que c’est là, pas ailleurs.

    Merci pour eux, pour nous Eric et Nico.

  3. un très bon texte du grand Mac.
    Encore une fois ton interprétation,ta mélodie et l’orchestration ont tapé juste ;j’avoue avoir ressenti beaucoup d’émotion comme d’habitude lorsque tu t’appropries un texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *